Pré-euro temporaires

De 1992 à 1998, des villes ou des organismes ont eu le droit de battre monnaies au titre de la future monnaie européenne. Ces monnaies avaient cours légal et s'échangeaient à 6 francs cinquante centimes l'Ecu (ou l'euro). On achetait du pain en Ecu et on nous rendait la monnaie en francs et centimes. C'était ludique, instructif surtout, car c'était pour habituer la population à cette nouvelle monnaie.
Ces monnaies avaient une durée de circulation limitée, généralement un mois, et devait être approuvées par l'État qui seul a le droit de battre monnaie. L'Europe a d'ailleurs contraint la France de faire cesser cette pratique et le 31 juin 1998 toutes les frappes ont été suspendues. Ces frappes avaient lieu souvent suite à des évènements et n'étaient dues qu'à des municipalités, administrations, associations ou sociétés volontaires, parfois dans un but publicitaire.
Notons qu'en 1996, le nom ECU (abréviation d'European Currency Unit) fut remplacé par la très laide apocope EURO.


Source : Ecus et euros des villes, par Philippe Mazel.

 

1995 ecu de Manosque
1996 euro de Malijai
1996 euro de Barcelonnette
1998 euro de Manosque
1998 euro de Digne-les-Bains