Robert d'Anjou (1309-1343)

Robert d'Anjou, né en 1277, mort en 1343, roi de Naples et comte de Provence et de Forcalquier de 1309 à 1343, fils de Charles II d'Anjou et de Marie de Hongrie.

Titré duc de Calabre, il fut envoyé en Sicile auprès de Jacques II dans son combat contre Frédéric II de Sicile. Il remporta plusieurs succès, mais son frère Philippe ayant été battu, et Frédéric adoptant une tactique de harcèlement, il renonça et négocia la paix (1302). Il soutint ensuite les Guelfes de Florence contre les Gibelins en 1306.

A la mort de son père, il se fit couronner roi de Naples au détriment de son neveu Charobert, qui devint par la suite roi de Hongrie. Cette usurpation est à l'origine de la brouille entre Jeanne Ire et son mari André de Hongrie. Son couronnement fut possible grâce à l'abdication de son frère Louis d'Anjou qui rentra dans les ordres et fut évêque de Toulouse.

Robert était alors le prince le plus puissant d'Italie et le pape le nomma vicaire pontifical. En 1318, il libéra Gênes assiégé par Marco Visconti et les Gibelins. Il administra son royaume de manière habile et ferme, attira à sa cour les poètes et les lettrés, dont Pétrarque. En 1338 il fit une dernière tentative pour reconquérir le royaume de Sicile, mais sans succès.

Il épousa en premières noces à Rome le 23 mars 1297 Yolande d'Aragon (1273 † 1302), fille de Pierre III roi d'Aragon et de Constance de Hohenstaufen, et eut :
   * Charles (1298-1328), duc de Calabre
   * Louis (1301 † 1310)
Il épousa en secondes noces le 21 juin 1304 Sancha de Majorque (1285 † 1345), fille de Jacques II d'Aragon, roi de Majorque et d'Escalrmonde de Foix. Sans succession.


Contenu soumis à la GFDL. Source : Article Robert Ier de Naples de Wikipédia en français (auteurs)

 

Carlin d'argent, gillat ou robert
Avignon ou Saint-Rémy

+ROBERT.DEI GRA.IhR.ET.SICIL'REX.
(Robert, par la grâce de Dieu, roi de Jérusalem et de Sicile).
Le roi assis de face sur une chaise curule ornée de têtes de lions, couronné, tenant un sceptre fleurdelisé de la main droite et un globe crucigère de la main gauche.
R/ +COMES.PVINCIE:ET:FORCALQERII.
(Comte de Provence et de Forcalquier).
Croix aux extrémités feuillues, cantonnée de quatre lis.
Argent 4,14g. 26 mm.
Poey d'Avant 3982, Rolland 51, Boudeau 832.
(collection J.F. Delénat)


Demi-carlin d'argent

+ROBERT.DEI GRA.IERL.ET.SICIL REX.
Même type.
R/ +COMES.PVINCIE.ET.FORCALQERII.
Même type.
Argent 1,06g. 19 mm.
Poey d'Avant 3985, Rolland 52.


(Illustrations N.et B. d’après H. Rolland, in Monnaies des comtes de Provence)

 

Bibliographie

Faustin POEY D'AVANT, Monnaies féodales de France. Paris, 1852-1862.

Henri ROLLAND, Monnaies des comtes de Provence. Histoire monétaire économique et corporative, description raisonnée (XIIe-XVe siècles). Paris, 1956.

Émile BOUDEAU, Monnaies Françaises Provinciales, Paris, 1913.

Sommaire généralMonnaies FéodalesPage précédentePage suivante