Monnaies des Comtes de Forcalquier

Aux XIe et XIIe siècles, le sud-est du pays se trouva divisé en trois :
- le marquisat de Provence, sous l'autorité de la maison de Toulouse, comprenait le Comtat Venaissin et la terre d'Argence avec les droits sur le comté de Die ;
- le comté de Provence s'étendait entre le Rhône, la Durance, les Alpes et la mer, et appartenait à la maison de Barcelone ;
- enfin, le comté de Forcalquier, dépendant de la maison d'Urgel, incluait les diocèses de Sisteron, Apt, Gap, Embrun et le Champsaur, auxquels s'ajouta par la suite L'Argentière.

L'économie régionale dépendait à cette époque de la circulation d'espèces étrangères, chaque souverain décida, afin d'affirmer son autorité, d'user du droit monétaire. Ainsi les comtes de Forcalquier Guillaume IV et Guillaume V qui frappèrent, de 1150 à 1220, sans doute à Forcalquier même, des deniers d'argent appelés guillermins. Il est intéressant de remarquer, d'un point de vue typologique, la ressemblance entre cette monnaie et le denier de Melgueil qui était alors l'espèce la plus répandue : une telle similitude, dont la numismatique est riche d'exemples, permettait d'introduire aisément de nouvelles espèces dans le pays.

Le frère de Guillaume IV, le comte d'Embrun Bertrand, émit lui aussi entre 1195 et 1207 un denier d'Embrun dont le type du soleil n'est pas sans rappeler celui des deniers raymondins des comtes de Toulouse.

EN 1195 et 1202, les mariages des deux petites-filles de Guillaume IV, Garsende et Béatrice, provoquèrent le division de comté de Forcalquier : Apt, Sisteron et Forcalquier revinrent au comte de Provence Alphonse II, alors que le Gapençais, l'Embrunais et le Champsaur se trouvèrent rattachés au Dauphiné malgré une suzeraineté provençale théorique de 1257 à 1354.

Charles Ier d'Anjou, frère du roi de France saint Louis et comte de Provence, poursuivit pendant quelques temps à son nom l'émission du denier guillermin ; puis la fabrication monétaire fut centralisée dans le sud et l'ouest du comté et Forcalquier perdit définitivement son atelier. On notera cependant la survivance sur les espèces frappées en Provence jusque sous le règne de Charles VIII de la titulature de comte de Forcalquier.


Source : Les monnaies féodales extrait de 1000 ans de monnayage alpin de Jean Richand et Philippe Ganne (1986).

 

1150-1209

Guillaume IV de Forcalquier

1150-1207

Bertrand II de Forcalquier

1209-1250

Guillaume V de Sabran

1246-1285

Charles Ier d'Anjou

1309-1343

Robert d'Anjou

1343-1362-1382

Jeanne de Naples

1384-1417

Louis II d'Anjou

1434-1480

René d'Anjou

Méreau

Charles Grimaldi évêque, Bertrand comte