Bertrand II de Forcalquier (1151-1207)

Bertrand II, mort en 1207, fut comte de Forcalquier de la mort de son père, survenu entre 1149 et 1151 à sa mort. Il était fils de Bertrand Ier, comte de Forcalquier, et de Josserande de Flotte.

Il succéda à son père avec son frère Guillaume. Ils sont tous deux cités dans une donation qu'ils firent en 1168 à l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. Durant leur règne, ils durent lutter contre le roi Alphonse II d'Aragon, également comte de Provence, qui cherchait à s'étendre vers le nord. En 1193, ils furent obligés de se soumettre et de signer le traité d'Aix-en-Provence (1193) par lequel Garsende de Sabran, petite-fille de Guillaume, héritait du comté et épousait le fils d'Alphonse.

Profitant de la mort d'Alphonse II et de la jeunesse de son successeur, il reprit les hostilités, ravagea le pays d'Aix et s'allia au dauphin du Viennois, en lui faisant épouser sa petite-fille. Mais les deux frères furent à nouveau battus par les Catalans et durent se soumettre. Bertrand mourut en 1207 et Guillaume en 1209.

Il avait épousé Cécile de Béziers, probablement de la famille des Trencavel, et eut :
   * Béatrix, mariée à Pons Justas
   * Cécile, mariée à Roger III († 1257), vicomte de Couserans et comte de Pallars.


Sceau de Bertrand II de Forcalquier


Contenu soumis à la GFDL. Source : Article Bertrand II de Forcalquier de Wikipédia en français (auteurs)

 

Ce monnayage est inspiré de celui du marquisat de Provence et des raimondins, monnayage lui même inspiré par le monnayage de Tripoli de Raymond II (1137-1152). Bertrand III, comte de Forcalquier (1129-1150) a eu deux fils, Guillaume IV (1150-1209) à Forcalquier et Bertrand II, comte d'Embrun (1150-1208). Ce monnayage était précédemment donné à Cadenet dans le Languedoc. À la mort de Guillaume II, Embrun entre dans le domaine des Dauphins du Viennois.

D'après Ph. Delaygues, Embrun faisait partie du comté de Forcalquier. Bertrand (1129-1150) eut trois enfants, une fille, Alix, et deux garçons qui se partagèrent ses possessions. Le monnayage de Gap cessa entre 1207 et 1209 quand Béatrice de Sabran épousa le dauphin André et amena le comté d'Embrun en dot. À partir de 1209, Embrun et Gap font partie du Dauphiné.


Source : Fiche Monnaies VII de la C.G.B.

 

Denier d'Embrun
1er type, fin du XIIe / XIIIe siècle (1195-1207).

+ BERTRANDVS (le S inversé)(grènetis), croix pattée.
(Bertrand).
R/ + COMES (le S inversé)(trois points verticaux) EDN'E (trois points verticaux) (grénetis), étoile à huit rayons.
(Comte d'Embrun).
Billon 0,87g. 17 mm.
Poey d'Avant 4662, Rolland 6.

Variété sans les trois point verticaux en fin de légende du revers.
Poey d'Avant 4663, Rolland 6a.

Variété sans la croisette initiale et sans les trois point verticaux au revers.
Poey d'Avant 4664, Rolland 6b.

Variété avec le nom abrégé BERTRAND' au droit et au revers ED'NE (les E lunaires).
Poey d'Avant 4658, Rolland 6c.

Variété sans signe d'élision sur EDNE, semblable au précédent.
Poey d'Avant 4660, Rolland 6d, Boudeau 1017.
(exemplaire C.G.B. Monnaies VII)


© 1999 http://www.cgb.fr

Variété COMES avec le S inversé.
Non répertorié.
(exemplaire vendu sur eBay)


Obole d'Embrun

Type du denier avec BERTRAND'
Billon 0,36g. 14 mm.
Poey d'Avant 4659, Rolland 8.

Variété sans signe d'élision sur EDNE.
Poey d'Avant 4661, Rolland 8a, Boudeau 1018.


Denier d'Embrun
2ème type, avec signe d'affaiblissement (besant) qui se retrouve sur le guillermin 3ème type du XIIIe siècle.

+ BERTRANº (grènetis), croix pattée cantonnée d'un besant.
R/ + EDNE (trois points verticaux) COMES (trois points verticaux) (grènetis), étoile à huit rais cantonnée d'un besant.
Billon 0,85g. 17 mm.
Rolland 7.

Variété avec au revers +DNE.
Billon 0,88g. 17 mm.
Boudeau 1019.
(collection Philippe Delaygues)


© 2008 http://la-monnaie-du-05


(Illustrations N.et B. d’après H. Rolland, in Monnaies des comtes de Provence)

 

Bibliographie

Faustin POEY D'AVANT, Monnaies féodales de France. Paris, 1852-1862.

Henri ROLLAND, Monnaies des comtes de Provence. Histoire monétaire économique et corporative, description raisonnée (XIIe-XVe siècles). Paris, 1956.

Émile BOUDEAU, Monnaies Françaises Provinciales, Paris, 1913.

Jean-Luc CRAMAN, Les comtes de Forcalquier et leurs monnaies. In Provence Numismatique, n°104 -octobre 2005.

Philippe DELAYGUES, Catalogue des monnaies et billets des Hautes-Alpes, Mende, 1996.

Sommaire généralMonnaies FéodalesPage précédentePage suivante