Monnaies mérovingiennes

Les débuts du monnayage alpin

« Il faut attendre la chute de l'Empire [romain] pour voir apparaître les premières traces d'une activité monétaire locale, avec les émissions de tiers de sou d'or au nom de Justin II (565-578) à Senez ou Sisteron... »
(Jean Richand - Philippe Ganne, 1000 ans de monnayage alpin, Manosque 1986).

Justin II règne sur l'Empire bysantin du 15 nov. 565 à sa mort le 5 oct. 578 ; il est le neveu et successeur de Justinien Ier.
Les monnaies mérovingiennes étaient le sou d'or (solidus) pesant 85 grains et valant 40 deniers d'argent, le demi-sou (semis) ; le tiers de sou (triens) et le denier d'argent ou saiga pesant 21 grains.

 

SANETIVM, Senez
(D'après A. de Barthélemy)
Triens anonyme (c. 585-620)

Légende barbare.
Buste diadémé à droite. Trait au pourtour.
R/: PONUA TOVIP (?)
Croix latine pommettée, accostée de SA N. sur un globe accompagné de quatre globules. A l'exergue, ΛNO.
Or, 1,26g.
Musée de Lyon
A. de Barthélemy, R.N. 1885, p. 260, vignette.
A. de Belfort 3967.
(La liste des évêques de Senez pour le Haut Moyen Âge s'arrête avec Marcel II, attesté en 614.)


 

Trésor d'Escharen
Triens au nom de Justin II frappé à Sisteron

DNIVSTI NVSPPAVI
Buste à droite.
R/: VICTORΛ ΛVCVSTORVN
Croix sur un globe et un degré,
le globe accosté de S E,
à l'exergue, CONOB.
Or, 1,31g.
WD, 6, La Haye

Les lettres S E en accostement de la croix du revers de ce triens ont fait penser à WD que ce triens pouvait être attribué à Saulieu (Côte d'Or). Un triens (Belfort 4048 - Prou 149) porte en effet les mêmes lettres en accostement de la croix du revers, associées à la légende SEDOLOCO VC qui situe l'atelier à Saulieu. C'est un usage à peu près général dans les ateliers du centre et du midi de la Gaule de répéter les deux premières lettres du nom de lieu dans le champ du revers, parfois celles du nom de la cité. Mais le trésor d'Escharen est d'une autre époque et son style l'apparente à ceux émis dans les ateliers du midi de la Gaule au nom des empereurs de Byzance. Les lettres S E sont incontestablement les premières lettres d'un nom de lieu, vraisemblablement important. Il est possible d'hésiter entre Sisteron (Segusteron, Segestorium) et Senez (Senicium), villes épiscopales, toutes deux dans les Basses-Alpes. Il est probable que l'atelier qui a frappé ce triens est plutôt Sisteron, situé sur les bords d'une importante voie d'eau, la Durance. [Jean Lafaurie]

 

 



Triens au nom de Justin II avec légendes identiques
(peuples barbares - Lombards)
vente O.G.N. 2009-coll B.Chwartz Réf n° 2214.

 

Bibliographie

Dr C. WILDE, DE DOMPIERRE DE CHAUFEPIÉ, La trouvaille d'Escharen, Revue Belge de Numismatique, Bruxelles, 1898.

Jean LAFAURIE, Le trésor d'Escharen (Pays-Bas). Revue numismatique, 1959.

Georges DEPEYROT, Le numéraire mérovingien - L'âge de l'or - Les ateliers méridionaux. Collection Moneta, Wetteren, 1998.

Auguste DE BELFORT, Georges DEPEYROT, Description générale des monnaies mérovingiennes - Réimpression de l'édition originale, augmentée d'une introduction et d'une mise à jour bibliographique. Paris, 1996, broché, 5 vol.